mercredi 31 mai 2017

S'accrocher aux étoiles - Katie Khan


S’accrocher aux étoiles de Katie Khan est l’un des derniers romans sorti aux éditions Super 8. Je l’avais noté sur mes tablettes dès le début d’année et l’attendais avec une certaine impatience. Super 8 est une maison d’édition assez novatrice, ses livres sortent souvent de l’ordinaire, parfois cela fonctionne (Captifs, Il y a un robot dans le jardin) d’autres fois moins (Le monde caché d'Axton House). Qu’en est-il de celui-ci ?

Tout d’abord ce roman est intrigant par son pitch : un homme, une femme, à la dérive dans l’espace suite à une avarie dans leur station spatiale. Et seulement 90 minutes d’oxygène disponible dans leur combinaison.  On se demande bien comment l’auteure va tenir 400 pages… (enfin 400 pages, je ne sais pas quelle est la mise en page de l’édition papier parce que ma  liseuse m’annonce un peu plus de 200 pages !)

mercredi 24 mai 2017

La cité du futur - Robert Charles Wilson


La Cité du futur dernier roman en date de Robert Charles Wilson, est paru il y a quelques jours. Je l’attendais avec impatience. Sans être un inconditionnel de l’auteur, les histoires qu’il présente, simples, agréables et très bien écrites ont souvent ma faveur.  Et celui-ci ne déroge pas à la règle. Après quelques semaines de souffrance sur mes lectures, j’ai dévoré ce nouvel opus le temps d’un week end…  Est-ce pour autant un roman parfait ?

Ce roman est avant tout une variation originale autour du voyage dans le temps qui arrive à se débarrasser des paradoxes temporels grâce à la magie des univers parallèles. Si vous vouliez vous triturer les méninges passez votre chemin. Le propos est ailleurs, la rencontre de deux mondes que tout sépare, l’acceptation et l’adaptation aux autres.

vendredi 5 mai 2017

Spire : 1. Ce qui relie - Laurent Genefort


Laurent Genefort est un auteur français de SF assez atypique et très prolifique. Atypique car nombre de ses romans se passent dans le même univers celui des "Portes de Vangk". Univers qu'il développe sans cesse et qui lui permet de nous faire découvrir son talent de créateur de mondes habités. 

Après entre autres l'étonnant Points Chauds et l'excellent Lum'en, j'attendais donc avec impatience ce nouveau roman de Laurent Genefort, premier tome d'une trilogie dédiée à la création et la vie d'un service de transport spatial.

Lennor et Hummel, lors d'un voyage spatial dans les Confins, s’écrasent sur une de ces planètes lointaines à l’écart du monde, livrées à elles mêmes. C'est pendant leur convalescence qu'ils se rendent compte que les Confins sont très peu desservis par les transports spatiaux. De là germe une idée, créer le service de transport spatial dédié aux Confins qui permettra de relier ces mondes oubliés. Projet un peu fou, ambitieux et dangereux mais les navis aiment relever les défis : Spire, société interstellaire, est en train de naître.

lundi 24 avril 2017

Le Cycle des Robots : 1. Les Robots - Isaac Asimov


Pas besoin de présenter Isaac Asimov, ni ce recueil de nouvelles Les Robots. D'aussi loin que je me souvienne, il doit s'agir de ma première rencontre avec la SF et c'était il y a un peu plus de 25 ans. Je n'ai pas pour habitude de relire des livres déjà lus, ni des livres qui "datent" un peu. Pour une fois, j'ai fait double exception à ma règle... et ce n'était peut-être pas la meilleure idée de l'année ! J'aurais dû rester sur mon souvenir d'adolescence et la découverte merveilleuse des Lois de la Robotique.

J'ai trouvé ce fix-up, recueil de nouvelles regroupées entre elles pour former un tout cohérent, un tantinet désuet et plutôt naïf. La présentation des trois Lois de la Robotique est bien amenée, les histoires simples voire simplistes sont chacune une occasion de mettre à mal l'une ou l'autre de ces trois lois et à chaque fois la logique permet de retomber sur ses pieds et de ne jamais contrevenir à ces fameuses lois. 

Au final, il reste un charme suranné, un retour en enfance, un monde un peu idyllique et le plaisir de relire la prose du bon Docteur Asimov. Pas vraiment d'enthousiasme mais je continuerai probablement à lire la suite du cycle des Robots. Nostalgie quand tu nous tiens... ;-)


Défi Lecture 2017 : #66. Un livre avec des personnages non humains

mercredi 19 avril 2017

La Ménagerie de Papier - Ken Liu


La Ménagerie de Papier de Ken Liu est un recueil de nouvelles qui a plutôt eu de bonnes critiques lors de sa sortie. J'ai longtemps hésité à l'acheter, il faut dire que les recueils de nouvelles et moi ne sommes pas souvent sur la même longueur d'ondes. Dans le même temps, L'homme qui mit fin à l'histoire, une novella de la collection Une Heure Lumière m'a fait découvrir et apprécié l'auteur. Oui, non, non, oui... je n'ai pas su me décider. Il a fallu une erreur dans la distribution du fichier numérique, ou de je ne sais qui dans la chaîne du livre, qui a fait passer le prix à 4,99€ (au lieu de 12,99€) pendant quelques heures ! Et à ce prix, je ne me suis plus posé la question...

Donc me voilà avec entre les mains ce recueil de 19 nouvelles, de longueurs et de traitements différents. Et encore une fois avec ce format je suis passé par tous les états, de l'ennui à l'incompréhension, de l’intérêt à l'exaltation...

Le point fort de ce recueil est la diversité des thèmes abordés, certains reviennent plus souvent, en particulier tout ce qui touche à la mémoire, au souvenir, à l’histoire ou plutôt la façon dont on la ressent. La communication, son absence ou la difficulté de l'assimiler, est un autre thème qui revient tout le long de ce recueil. La famille, les traditions culturelles sont également abordées avec finesse et intelligence. Ken Liu nous fait partager au travers de ses nouvelles plus ou moins SF, plus ou moins en proie avec le réel, de grands moments d'émotion. Pour ma part j'y ai aussi trouvé une influence Dickienne pour deux nouvelles et une atmosphère "asiatique" dans quelques autres, ce qui nous donne une vision un peu différente et nous change des préceptes anglo-saxons souvent formatés.