jeudi 12 octobre 2017

L'Arche de Darwin - James Morrow


L'arche de Darwin de James Morrow publié Au Diable Vauvert est, outre un petit pavé de 600 pages, un roman ambitieux qui mêle histoires extraordinaires et théories scientifiques, toutes liées à Charles Darwin et ses travaux sur l'évolution.

Chloé Bathurst, une actrice de théâtre assez talentueuse se voit dans l'obligation de quitter les planches suite à divers scandales qu'elle ne peut s’empêcher de déclencher. Sans gagne pain, elle se voit contrainte d'accepter un emploi de gardienne de zoo dans la propriété de Charles Darwin et découvre les travaux du scientifique sur l'évolution. Elle vole les premières ébauches de sa théorie et s'inscrit au Grand Concours de Dieu qui offre une somme substantielle à celui ou celle qui prouvera ou réfutera l'existence de l'Etre Suprême. Elle décide de partir pour les Galapagos afin de prélever quelques espèces animales pour démontrer l'exactitude de "sa théorie". Son voyage ne sera pas de tout repos, de nombreuses péripéties attendent notre scientifique en herbe...

Après une première partie passionnante, où nous faisons connaissances des différents protagonistes et en particulier de la pétillante et exubérante Chloé et où nous découvrons les premières ébauches de la théorie de l'évolution, le récit s’essouffle un peu par la profusion des aventures rocambolesques de l’héroïne. En effet, le voyage vers les Galapagos est long, très long. Les péripéties, plus invraisemblables les unes que les autres s’enchaînent sans discontinuer. Souvent traitées avec humour et un ton décalé, elles apportent sourire et dépaysement. Mais voilà, trop d'aventures tuent l'aventure et le voyage devient interminable. Heureusement, James Morrow, par l'intermédiaire d'un autre participant au Grand Concours de Dieu qui cherche l'Arche de Noé, et à travers une fumerie de haschisch, arrive à nous faire rencontrer des personnages hautement célèbres comme Mendel (fondateur de la génétique) ou Rosalind Franklin (biologiste qui a permis de découvrir l'ADN) entre autres. Ces petits intermèdes permettent à l'auteur de développer les différents concepts liés à l'évolution, avec clarté et précision, le tout étant très instructif.

L'Arche de Darwin reste un roman d'aventures, où la science et la religion se disputent la vérité. Mais c'est aussi un beau portrait de femme, où l’héroïne se bat contre la misogynie et les éternels clichés. Ce livre d'une très grande érudition où l'auteur aborde de nombreux thèmes (écologie, croyances, sciences, statut de la femme, voyages...) avec de nombreuses références historiques, est avant tout un immense pamphlet blasphématoire. A noter que les dialogues sont plaisants, souvent drolatiques, que l'écriture est très moderne tout en empruntant le style du XIXème siècle. 

Pour résumer, L'arche de Darwin est un mixe de réalités scientifiques et d'aventures périlleuses et invraisemblables, hautement blasphématoire qui pêche par une redondance de péripéties. Intelligent, drôle, cultivé, exubérant, James Morrow se pose entre vulgarisateur scientifique et auteur romanesque d'un autre temps.


Les avis de : Gromovar - Lorhkan Du Chien Critique

Défi Lecture 2017 : #52. Un livre dont l'action se situe à l'époque victorienne.







8 commentaires:

  1. C'est juste une impression de loufoque qui me bloque jusqu'à présent. Drôle me va, mais pas trop poussé dans la blague.
    Alors ?...
    Autrement très sympa ta critique, et il est encore plus dans mon viseur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela reste invraisemblable et caricatural par moment. Le problème est surtout la longueur, un quart de moins et c'était top : ;-)

      Supprimer
  2. Je te rejoins, c'est un roman qui veut trop en faire et qui du coup offre un menu "un peu trop complet"...
    Mais James Morrow reste James Morrow et c'est une belle aventure qui est présentée ici.
    Je te conseille vivement "En remorquant Jéhovah", l'équilibre entre aventure, humour et érudition est juste parfait. ;)

    Pour répondre à Lutin, je ne parlerais pas de "loufoque", juste que ces aventures sont teintées de pas mal d'humour mais on loin d'une parodie ou d'un récit ouvertement comique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais déjà noté ce titre après avoir lu ta critique...
      Merci

      Supprimer
  3. Cela me rappelle certains romans de Vernes, érudit certes, mais aussi long parfois. De ce point de vue, un hommage réussi aux romans d'aventures du siècle dernier.

    RépondreSupprimer
  4. Réponses
    1. Ça dépend ce qu'on y cherche... pour ma part j'aurais aimé plus de "sciences" et moins d'aventures

      Supprimer